Isère, vers Tullin. Dans la brume

Les pistes d’amélioration de mes tirages:

  • modification de l’insoleuse, pour avoir plus de puissance lumineuse et réduire les temps d’exposition. Afine de pouvoir réaliser plus d’essais dans la même soirée.
  • choix des papiers. Je suis récemment tombé sur un article de Alternative Photography sur les papiers, et certaines bandes d’essai de charte me montrent que je peux grandement améliorer ma dynamique, uniquement en changeant le papier. Je suis plutôt dans le cas de gauche que de droite.

Iraty

sabbatical

Octobre 2017, un coin tranquille en forêt d'Iraty

Tirage Cyanotype (Mars 2018) d’une photo prise pendant mon sabbtical, en Octobre 2017. En haut de la vallée de la Soule, une fin de journée ensoleillée.

Ce tirage est un test de double enduction, pas très concluant. Le but était d’obtenir des bleus plus denses dans les ombres, et d’augmenter la dynamique du tirage.

Même avec un temps de séchage de 24 heures pour la permière couche, la seconde enduction a tendance à rediluer le dépôt précédent.

Belledonne

en bleu

Belledonne, depuis la piste cyclable le long de l'isère.

Tirage cyanotype (mars 2018), 4x5 inches, sur papier Hanemuhle Bamboo.

Passage en statique

geek & hype

Il y a deux ans je testais Koken pour construire idolum. Le point fort de Koken était la connection depuis Lightroom, un service de publication. Et puis je suis passé de Mac à Linux, en abandonnant Lightroom, donc cette facilité a disparu. L’avantage qu’il restait à Koken était la mise en page facile d’artciles et de galleries - mais ça, d’autre logiciels le font aussi.

Une autre question en suspens c’est la présence d’une database: pour un site comme idolum avec peu de mouvements, peu de data, et surtou peu d’interactions puisque les commentaires n’existent plus, quel est l’interêt d’une database qui peut facilement se faire hacker ? Alors l’idée d’un site statique (juste une collection de pages HTML) a fait son chemin. J’ai fait une test rapide avec Nikola parce que c’est du Python et qu’en ce moment j’apprends le Python. Mais non, je n’ai pas réussi à faire ce que je voulais. J’ai testé avec Hugo, et après quelques tatonnements, ça marche !

Plage à Capbreton

Voilà, mise en application de la boîte à UV, je réalise mes premiers tirages avec le procédé cyanotype. Le cyanotype est le plus simple des procédés de tirage (et non toxique): mélanger du citrate de fer ammoniacal et du ferricyanure de potassium; appliquer au pinceau sur du papier; laisser sécher; exposer aux UV; rincer à l’eau froide. En vente libre sur la boutique de Disactis, ce qui facilite encore plus la préparation.

C’est parti pour des heures et des nuits de tests divers. Pour l’instant il faut que je règle mon exposition, et que je retrouve des détails dans les hautes lumières.

Beaucoup de procédés dits “alternatifs” utilisent des chimies sensibles au rayonnement ultraviolet: cyanotype, platine-palladium, kallitype par exemple. Traditionnellement le soleil était utilisé comme source d’UV pour insoler la surface sensible. Mais comme je suis à la pointe de la technologie, je me suis fait une boîte à UVs.

ocean

Retour au grand format, retour à la pellicule, retour au grain: après un an de numérique, mobile, léger et prolixe, retour au rythme et à la concentration de la chambre.

Prise de vue au 110XL (une acquisition récente outre-atlantique), film 4x5 Fuji Provia. Scan à la maison, avec une résolution largement suffisante pour le ouèbe - mais c’est toujours de la bouillie de pixel :)

Gas station, Terlingua

Lever de soleil sur la station essence - épicerie - resto-routier de Terlingua. A quelques miles de l’entrée de Big Bend.

Enchanted Rock
Denny's

Il y a quelques temps, à la faveur de jours de congés, j’ai profité de l’occasion pour approfondir mes séries de photos en forêt. Ne voulant pas faire les choses à moitié, j’ai chargé une boite complète de Kodak Portra 160C (dix plan-films, donc cinq chassis), et six plan-films de Kodak 320TXP (trois chassis, c’est ma quantité pour le développement).

La Portra 160C est un négatif couleur qui a la réputation de bien encaisser les hautes lumières, donc des forts contrastes. Pourvu que le scanner suive, il est possible de trouver des détails en hautes lumières sans être complètement cramé. C’est donc un choix qui me semble logique pour de la forêt en hiver: la neige au sol amène un fort contraste avec soit des arbres très sombres comme les sapins, soit des troncs dépourvus de feuilles.